La révision du code de droit canon (1983)

Pour les catholiques romains, droit canon

Sommaire

est un autre terme pour l'Église ou de droit ecclésiastique. Le mot Canon vient du mot grec kanon, qui est une "canne à mesurer." Lorsqu'il est utilisé pour décrire un ensemble de lois et de procédures pour l'arbitrage, droit canon se réfère expressément à la réglementation applicable à tous les fidèles catholiques, clercs et laïcs, partout dans le monde.

Contrairement Droit divin positif (commandes directement de Dieu que l'on trouve dans la révélation divine) et La loi morale naturelle (mandats éthiques connus par toute personne et tout le monde qui est rationnel), le droit canonique est considéré comme «le droit humain» comme l'est le droit civil dans la société laïque. En tant que tel, le droit canon peut et a changé au fil des siècles, tandis que Divine droit positif et la loi morale naturelle sont éternellement la même et la liaison en tout temps sur toutes les personnes. Avant Pape Jean-Paul II, la dernière fois que l'ensemble Code de Droit Canonique avait été remanié était en 1917 - donc, en 1983, il était nécessaire de réformer le système une fois de plus.

Identifier les changements

En 1959, le pape Jean XXIII (1958-1963) a annoncé son désir de réviser la Code de Droit Canon, qui était devenu un peu archaïque en seulement 40 ans. Avant de commencer le travail de mise à jour des lois de l'Eglise, le pape a vu la nécessité de convoquer la première et de convoquer un concile œcuménique. Le Concile Vatican II a rencontré de 1962 à 1965 et a publié 16 documents.

Il faudrait plus de trois papes et un autre 20 ans avant la Code de Droit Canonique serait finalement révisé. Après Jean XXIII est venu Paul VI (1963-1978), puis Jean-Paul Ier, qui régna pendant un mois seulement et a été remplacé par Jean-Paul II en 1978.

Parce que les réformes de Vatican II étaient bien en cours (y compris l'exécution des services dans la langue commune de la congrégation, le dialogue œcuménique, et la participation des laïcs) les lois canoniques de l'Église devaient refléter non seulement les réalités juridiques, mais la philosophie et de la théologie que étaient derrière eux. L'esprit de la loi et la lettre de la loi nécessaires pour coïncider et être connues et appliquées par tous.

Voici un résumé des modifications apportées à la Code de Droit Canonique par le Concile Vatican II:

  • Une réduction du nombre de lois: Il ya 1.752 canons à 1983 Code de Droit Canon, par rapport à la 1917 Code de Droit Canon, qui avait 2.414 canons.
  • Un changement dans «l'esprit» de la loi: Alors que les deux codes sont légaliste dans le sens qu'ils contiennent législation officielle et obligatoire pour l'Eglise universelle, dans le (1983) code révisé, le but de la loi Eglise continue à venir à travers encore et encore. Il est parfaitement résumée dans le canon dernière (canon 1 752), qui a une phrase de conclusion: "animarum salut... dans Ecclesia... suprema lex sempre..." (le salut des âmes est toujours la loi suprême de l'Église).
  • Une amélioration du contexte théologique: Tant les codes et les 1917 1983 contiennent beaucoup de jargon juridique et des trucs qui concerne canonistes plus que la moyenne catholique dans le banc. Néanmoins, le code révisé donne contexte théologique dans les paramètres juridiques, contrairement à l'ancien code avant qu'elle.
  • Une réaffirmation de l'égalité de tous les chrétiens: Bien que toujours très une hiérarchie - avec le pape en tant que chef suprême, l'évêque à la tête du diocèse, et le pasteur en tant que leader de la paroisse - 1983 Code de Droit Canonique affirme le syndicat d'exercer une compétence avec le ministère ordonné (évêque, prêtre, diacre et). Dans le même temps, cependant, le code révisé réitère également Vatican II, Lumen Gentium # 32 dans le canon 208, quand il déclare l'égalité de tous les fidèles chrétiens en vertu de leur baptême.

Ordres sacrés ne font d'un homme un clerc et, comme tel, il ne peut exercer l'autorité ecclésiastique et de la compétence, mais la dignité et de l'importance d'une personne découle pas de sa vocation, mais de son (ou ses) Baptême, ce qui rend cette personne un enfant de Dieu. Ce principe d'égalité radicale signifie que chaque individu dans l'Eglise - Pape, profane, ordonné, marié, célibataire, religieux consacrés - a le même destin et même possibilité. Tous les baptisés - et pas seulement les prêtres et les religieuses - sont appelés à la sainteté. Bien que l'ont ordonné l'autorité dans l'Église, ils ne disposent pas d'un monopole sur la grâce et de sainteté, qui est aussi donnée à tous les baptisés.

Considérant similitudes et les différences

1983 Code de Droit Canonique reflète l'esprit de Vatican II en ce que les éléments essentiels et la substance de la foi ont été retenus, tandis que la manière dont elles sont expliquées, communiquées, et expérimentés ont été adaptés aux temps modernes. Tout comme le Concile Vatican II n'a pas nié ou de modifier tout dogmes ou doctrines, ou écarter des conseils et des papes sur les éléments de fond de foi et de morale précédents, donc, aussi, le code révisé n'a pas modifié le mécanisme de droit ecclésiastique. Le droit romain et non la common law anglaise, demeure le fondement du système canonique (en particulier, la recherche de la vérité et de la décision rendue par un juge plutôt qu'un jury).

Dans le même temps, le but de protéger contradictoire et droits dans le ressort d'équilibrage 1983 Code de Droit Canonique lorsque les droits et obligations de tous les fidèles, ainsi que les droits spécifiques des laïcs et du clergé, sont précisées et un moyen de défendre, de protéger et de remédier à leur violation est garanti par la loi.

Les similitudes structurelles et les différences entre les codes 1917 et 1983 sont les suivantes:

  • Les deux se présenter avec les normes et les principes généraux dans la section un.
  • La deuxième section du code révisé est intitulé «le peuple de Dieu», qui est directement pris de Vatican II. L'ancien code appelé cet article »sur les personnes."
  • Le nouveau code commence par une liste (projet de loi) des droits de tous les fidèles chrétiens, que l'on reçoit en vertu du Baptême (voir l'encadré à proximité, "Les droits et obligations de tous les fidèles"), puis définit en outre en sous-sections sur les laïcs, le clergé, les religieux, et ainsi de suite. Le Code de Droit canonique de 1917 traitait avec les laïcs Last-le Code de loi de 1983 traite avec eux d'abord.

» » » » La révision du code de droit canon (1983)