Système monétaire européen (SME) et de l'Union monétaire européenne (UEM)

Dans le cas de l'euro, le Système monétaire européen (SME) et de l'Union économique et monétaire (UEM) correspondent à des périodes de préparation au cours de laquelle les pays de la zone monétaire commune sont prêts à utiliser la monnaie commune.

L'EMS (1979-1998) à l'origine comprenait huit membres: Belgique, Danemark, France, Allemagne, Irlande, Italie, Luxembourg et Pays-Bas. Entre autres choses, le SME a introduit le mécanisme de change européen I (MCE I) pour réduire la variabilité des taux de change entre les pays du SME, ce qui était une étape vers l'introduction de la monnaie commune.

Alors que les pays du SME de monnaies flottaient contre d'autres monnaies, le MCE I introduit un système de taux de change fixe pour les pays du SME de monnaies. Les changements dans les monnaies du SME ont été forcés de se situer dans un intervalle de +/- 2,25 pour cent, en d'autres termes, avec une augmentation maximale de 2,25 pour cent et une baisse maximale de 2,25 pour cent.

Comme avec tout autre régime d'ancrage du taux de change, le SME a eu des problèmes. Lorsque l'intervalle mentionné précédemment a été atteint en un taux de change entre deux pays du SME, les banques centrales des deux pays ont dû intervenir pour que le taux de change est resté dans l'intervalle. L'intervention de la banque centrale peut aussi être unilatérale pour défendre sa monnaie.

Lorsque la défense n'a pas été possible, les pays comme la France et l'Italie a présenté des contrôles de capitaux pour limiter la possibilité d'une attaque spéculative et les sorties de fonds. En outre, les banques centrales de devises plus fortes fournis crédit pour les pays à monnaie faible, pour empêcher l'EMS de se désintégrer.

Vers les années 1990, certaines monnaies ont été plus en plus difficile de rester dans l'intervalle EMS, même avec des interventions sur les marchés de change. Dans ces cas, certains pays de la SME ont réorienté leurs taux de change en réévaluant et dévaluer leurs monnaies.

En outre, l'unification allemande en 1990 a mis la pression sur le SME. L'unification de l'Allemagne orientale et occidentale nécessaire une politique budgétaire expansionniste qui a abouti à une inflation plus élevée en Allemagne. La Bundesbank avait pas d'autre choix que de suivre une politique monétaire restrictive et relever ses taux d'intérêt directeurs.

Pour EMS chevilles pour rester dans le groupe, les autres pays dans le système doivent avoir suivi des politiques monétaires similaires. Cependant, les pays comme la France, l'Italie et le Royaume-Uni ne sont pas prêts à respecter les règles du SME au détriment d'une récession dans leurs pays.

Malgré les nombreuses pressions sur l'EMS, le système a aidé les taux d'inflation convergent entre les pays membres. Bien que la plupart des pays du SME ont commencé avec des taux d'inflation plus élevés (dans certains cas, à deux chiffres, les taux d'inflation) à la fin des années 1970 (à l'exception de l'Allemagne), au milieu des années 1990, les taux d'inflation dans les pays du SME ont convergé avec des taux en Allemagne.

Comme le SME avait fait des progrès dans l'alignement les taux des pays participants de change, un gros effort pour une monnaie unique venu du traité de Maastricht de 1992. Ce traité introduit la partie de l'Union économique et monétaire (UEM), du droit de l'UE que de la monnaie unique sera établi d'ici à 1999, et les pays de l'UE devraient rejoindre éventuellement la zone monétaire commune.

Après l'introduction de l'euro comme unité de compte en 1999, le mécanisme de change européen II (MCE II) a été introduit. La raison de la MCE II était que les huit membres originaux de la MCE I ont travaillé étroitement ensemble jusqu'à l'introduction de l'euro. Mais à partir de 1999, il y avait d'autres pays de l'UE comme l'Estonie, la Lituanie et à Chypre, qui ne sont pas au MCE I et donc pas dans la zone euro.

L'objectif du MCE II était d'acclimater les pays membres plus récents de l'UE en vue de devenir membres de la zone euro. Les MCE II prévues pays non-euro avec une plus grande marge de manœuvre de 15 pour cent à avoir leur monnaie fluctuer au-dessus ou au-dessous du taux de change déterminé.

Entrée dans le MCE II accord nécessaire entre les ministres et les gouverneurs des banques centrales des pays candidats, les pays de la zone euro et la Banque centrale européenne (BCE). Les conditions du MCE II reflètent la façon dont la zone euro fonctionne, afin d'assurer une transition en douceur des pays du MCE II dans la zone euro. Les pays doivent participer avec succès au MCE II pendant au moins deux ans avant de devenir membre de la zone euro.


Pour maintenir la stabilité des prix dans la zone euro alors prévu, le traité de Maastricht de 1992 a introduit des critères de convergence relatifs à l'inflation de contrôle, le déficit public et la dette publique, ainsi que d'échanger la stabilité des taux et de la convergence des taux d'intérêt. Ces conditions impliquent les points de repère pour rejoindre l'UEM ainsi la zone euro:

  • Le taux d'inflation doit être pas plus de 1,5 points de pourcentage de plus que la moyenne des trois Etats membres les moins de l'inflation de l'UE.

  • Le ratio du déficit budgétaire au PIB (produit intérieur brut) ne doit pas dépasser 3 pour cent à la fin de l'exercice précédent.

  • Le ratio de la dette brute du gouvernement par rapport au PIB ne doit pas dépasser 60 pour cent à la fin de l'exercice précédent.

  • Les pays candidats doivent adhérer au MCE II dans le cadre du SME pendant deux années consécutives et ne doivent pas dévaluer leur monnaie au cours de la période.

  • Le taux d'intérêt nominal à long terme ne doit pas être plus de 2 points de pourcentage plus élevés que ceux dans les trois Etats membres les moins inflationnistes.

En outre, en 1997, sur la base de l'initiative de l'Allemagne, le Pacte de stabilité et de croissance (PSC) a été introduit. Ce pacte vise à éviter d'importants déficits budgétaires parmi les pays du SME et a suggéré un budget proche de l'équilibre ou en excédent. La préoccupation de l'Allemagne est que les déséquilibres budgétaires, tels que des déficits budgétaires dans certains pays peuvent exercer des pressions sur la politique monétaire expansionniste.


» » » » Système monétaire européen (SME) et de l'Union monétaire européenne (UEM)