L'église catholique et la contraception

L'Eglise catholique estime que la contraception artificielle est pécheresse et immorale et peut frustrer un plan divin pour apporter une nouvelle vie dans le monde. Au lieu d'utiliser des méthodes de contrôle des naissances comme la pilule, le stérilet, le diaphragme et le préservatif, les catholiques peuvent utiliser la planification familiale naturelle (PFN) techniques.

Sommaire

Croyances sur la contraception artificielle

Pour l'Église, le pire aspect de pilules de contrôle des naissances est que beaucoup d'entre eux ne sont pas vraies contraceptives- ils ne préviennent pas le sperme et l'ovule de concevoir. Au lieu de cela, ils travaillent comme un abortif, provoquant l'utérus pour éjecter les œufs fécondés potentiellement. Parce que le catholicisme tient que la vie commence à la conception, tout œuf fécondé est un embryon et un être humain.

L'Eglise dit aussi que la contraception artificielle est moralement répréhensible, parce que chaque acte sexuel peut se produire seulement entre mari et femme et doit être dirigée vers deux extrémités: l'amour et la vie, qui est, l'unité intime entre l'homme et la femme (l'amour) et éventuellement procréer un autre être humain (de la vie). Conception et la grossesse ne doivent pas se produire à chaque fois, mais pas de barrières artificielles devraient empêcher ce que Dieu a l'intention de produire.

Quand l'amour et de la vie - l'unité et de la procréation - sont séparés, alors le sexe devient une fin en soi plutôt qu'un moyen pour une fin. Le contrôle des naissances rend le sexe récréatif, et enlever ce qui peut être perçu comme la “ danger ” de la grossesse signifie que les couples ne doivent plus communiquer sur quand et quand ne pas avoir des relations sexuelles et si elles veulent ou ne peuvent se permettre un autre enfant. Les discussions sur ce sujet peuvent effectivement renforcer le mariage.

L'alternative naturelle à la contraception

Les permis Eglise catholique et encourage les couples mariés à espacer les naissances et de planifier comment grand ou petit leurs familles seront en utilisant la planification familiale naturelle (PFN). En utilisant la science naturelle - de prendre la température du corps, le contrôle des fluides corporels, et l'utilisation de certains calculs - une femme peut déterminer avec précision lors de 95 pour cent à avoir des relations sexuelles et ne pas tomber enceinte. Une femme est fertile pendant environ sept à dix jours par cycle et est infertile le reste du temps.

Quand elle est pratiquée correctement, NFP est aussi efficace que toute méthode de contrôle artificiel des naissances. Et il est pas difficile à apprendre. Mère Teresa a enseigné, les femmes indiennes pauvres et analphabètes comment utiliser efficacement NFP. En outre, aucune ordonnance et aucun des dispositifs coûteux sont impliqués, il est donc facile sur le budget.

Options pour l'infertilité

L'infertilité est une des croix les plus douloureux et angoissants certains couples mariés doivent accomplir. Conception dehors de rapports sexuels normaux est considéré comme immoral par l'Église. Les enfants sont un don de Dieu, et non pas un droit absolu que les gens peuvent exiger. Moyens moraux doivent être employées lorsque les couples mariés ont des relations sexuelles et quand ils veulent avoir des enfants.

Malgré la tristesse de l'infertilité, l'Église catholique soutient que la science moderne ne propose pas de solutions morales - seules alternatives immoraux. Sexe naturel entre mari et femme est les seuls moyens moralement accepté de concevoir et d'avoir des enfants.


Lorsque la conception se produit artificiellement, l'Église affirme qu'il est pas dans le plan de Dieu, qui se trouve naturellement (dans la nature, par opposition à l'homme). En tant que tel, les méthodes de créer artificiellement une nouvelle vie suivants sont considérés comme immorale:

  • Insémination artificielle

  • La fécondation in vitro (FIV) et le transfert d'embryon (ET)

  • Donneur de sperme et d'ovules

  • Clonage humain


» » » » L'église catholique et la contraception