L'église catholique et l'euthanasie

Catholicisme considère la vie comme sacrée, et en prenant toute vie innocente est immoral et pécheresse. L'Église catholique utilise mêmes principes de condamner l'euthanasie comme il le fait pour condamner l'avortement.

L'Église croit que personne ne doit ou devrait subir une longue, mort douloureuse, et que le malade doit être traité et les mourants doit être réconforté. Les mourants et ceux qui souffrent des douleurs énormes de maladies ou de blessures ou peuvent et devraient avoir des médicaments antidouleur autant qu'ils peuvent tolérer, aussi longtemps que le médicament est pas la cause de la mort. La médecine moderne a créé une pléthore de produits chimiques à diminuer ou même supprimer la douleur, même si cela signifie que le patient perd conscience. Donc, donner à quelqu'un la morphine est autorisée et encouragée, par exemple, mais la dose ne peut pas être suffisamment grand pour être la cause directe de la mort.

L'Église distingue entre deux types d'euthanasie: Dans l'euthanasie active, vous causez la mort en donnant activement une personne quelque chose à hâter la mort. Dans l'euthanasie passive, vous causez la mort en ne faisant pas ce qui est nécessaire pour préserver ou maintenir la vie. Plus en détail:

  • Actif: Toute procédure ou un traitement qui provoque directement la mort d'un patient. Donner à quelqu'un une injection létale ou boire du poison sont des exemples. Ce type est toujours considéré comme immoral et pécheresse, car il est la prise directe d'une vie innocente.

  • Passif: Retenir intentionnellement traitement de maintien en vie. Si le traitement est Sustaining Life et l'arrêt ou le retrait se termine la vie, alors le faire est considéré comme l'euthanasie passive. Par exemple, en débranchant un respirateur qui est utilisé par un patient dont les poumons ne fonctionnera pas sur leur propre est l'euthanasie passive. Comme l'euthanasie active, l'euthanasie passive est considéré comme immoral et pécheresse, parce que son but principal est la mort d'une personne innocente. Les moyens sont différents, cependant.

L'Église distingue aussi entre l'euthanasie passive directe et indirecte:

  • Direct passive: Causant intentionnellement la mort en retenant la médecine ou d'une procédure ou d'arrêter celle qui est commencée. Ce type est toujours immorale.

  • Passive indirecte: Retenue traitement ou médicament qui peut causer la mort, mais la mort n'a pas l'intention ou la cause directe de la retenir. Ce type ne soit pas considérée comme immorale. Par exemple, un homme âgé meurt d'un cancer qui est aussi diabétique peut refuser (ou sa famille peut refuser) des injections d'insuline tant qu'il a déjà commencé le processus de la mort et mourir d'un cancer ou de complications de ce bien avant qu'il mourrait du diabète. Tant que le médicament ou traitement étant retenu est pas la cause directe de la mort, il peut être refusé.

    Il est considéré comme moralement acceptable d'avoir un ordre ne pas réanimer (DNR) sur la carte au cas où le patient a une crise cardiaque parce que faire la réanimation cardio-respiratoire (RCR) serait inutile ou ne ferait que prolonger la mort par cancer.

    La Catéchisme de l'Église catholique clarifie lorsque le traitement médical peut être refusé ou arrêté: “ cessation de procédures médicales qui sont onéreuses, périlleuses, extraordinaires ou disproportionnées par rapport au résultat attendu peut être legitimate- il est le refus de traitement 'excès de zèle ». On ne veut pas de provoquer l'incapacité de death- un entraver il est simplement accepté ”.


» » » » L'église catholique et l'euthanasie